Comment refuser le télétravail à un collaborateur ?

Cette situation est difficile à gérer. Lorsque le motif trouve son origine dans un aspect objectif, ancienneté insuffisante, travail incompatible, …, il est relativement simple d’expliquer un refus.

En revanche, lorsque le refus a pour origine un manque d’autonomie, notion naturellement plus subjective, alors il convient de procéder avec méthode :

1. Objectiver ce manque d’autonomie (besoin permanent de soutiens des collègues, insuffisance de production, manque de résultats,…). Naturellement ces éléments doivent être cohérents avec l’évaluation annuelle.

2. Expliquer au salarié pourquoi sa demande de télétravail ne peut, sans changements de sa part, être acceptée. Le télétravail repose sur l’autonomie. Le télétravailleur doit travailler seul, suffisamment, communiquer et rendre compte et en l’état actuel, ce n’est pas réaliste.

3. Proposer des axes d’améliorations objectifs, et mesurables, qui serviront d’éléments d’appréciations de ces changements,

4. Proposer de limiter l’essai de télétravail à la période d’adaptation de trois mois, afin de pouvoir prendre une décision à l’issue de cette période d’adaptation.

5. Ou bien proposer d’attendre de constater des améliorations sur site, pendant trois mois par exemple, avant d’envisager dans une deuxième temps un passage en télétravail.

Par MATTHIEU BILLETTE DE VILLEMEUR

Fondateur et animateur de teletravail.fr et Catalogue Teletravail.fr Formation au télétravail : création d'entreprise, management de télétravailleurs, mise en place du télétravail, télétravail salarié